•  

    Lieu-dit l'éternité

     

    calendrier de l'avent - 8

     

     

    Porter notre part de la nuit –
    Notre part du matin –
    Emplir notre blanc de bonheur
    Notre blanc de dédain –

    Etoile par-ci, étoile par-là,
    Certains s’égarent !
    Brume par-ci, brume par-là,
    Après – le Jour !

     

    Emily Dickinson

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Ô mémoire.

     

    calendrier de l'avent - 7

     

     

    Ô mémoire... C'est ici, près de ce même arbre, mais nu, ses rameaux ployant sous les lourdes étoiles d'arrière automne, que j’ai surpris jadis aux plus hautes régions de l'air le froissement d'ailes des grands migrateurs invisibles, ce vol fait de milliers de vols, plus doux qu'un fleuve de soie là-haut entre ses rives d'ombre constellée.

    Gustave Roud / Air de la Solitude  (II, 286-287)

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Le bonhomme de neige

     

    calendrier de l'avent - 6

     

     

    Au nord de la Norvège

    Vit un bonhomme de neige.

    Il n'a pas peur de fondre,

    Là-bas, la neige tombe

    Pendant de très longs mois,

    Il y fait toujours froid.

     

    Et le bonhomme de neige,

    Bien assis sur son siège,

    Regarde les flocons

    Voler en tourbillons.

     

    Sais-tu ce que j'en pense ?

    Il a bien de la chance

    Pour un bonhomme de neige

    D'habiter la Norvège.

     

    Corinne Albaut

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    le cheval bleu

     

    calendrier de l'avent - 5

     

     

    Quand j’étais enfant

    j’avais un cheval

    qui hantait mes nuits

     

    un secret tout bleu

    une pierre de lune dans les cheveux

    lumière venue des cieux

     

    Quand j’étais enfant

    au milieu des grands

    j’avais des fourmis  là  au bout des yeux

     

    une lumière bleue

    et au crépuscule je pleurais le ciel

    cette flamme rouge qui me transperçait

     

    Quand j’étais enfant

    j’étais si petite qu’on ne me voyait pas

    j’écrivais sans cesse sur les murs blancs

     

    des lettres   des mots et la crinière folle

    de mon cheval bleu

     

    Quand j’étais enfant

    je vivais tranquille

    cachée tout au fond de rêves infinis

     

    douce était ma vie

    fragile tache rouge  dans un pré fleuri

     

    Maria Dolores Cano

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Bleu dit-il.

     

    calendrier de l'avent - 4

     

     

    " Bleu dit-il. Juste vie, dévotion. 
    A l'heure chaleureuse, au trop plein du soupir. Fruit d'été, du plein jour accablé. 
    Il n'a oui rien à dire, S'entend de voix lointaine, d'appels en jeux d'enfants. 
    Il vit l'amour en Elle, la perte à s'en maudire, plein silence secret. 
    Il se donne en partage, douce fièvre, mort sûre d'infini.
    S'offre son cœur de roses, lumière parfumée. 
    Elle lui dit je t'aime autant que Tu m'aimais.  "                                      
     

    Bernard Bonnet

     

     

     


    votre commentaire