• 103 - la marche sur les eaux

     

    la marche sur les eaux

     

    collage, aquarelle et encre sur papier

     

     

     

    " AUJOURD’HUI, JE MARCHE AVEC UN AUTRE FRÈRE car les tragédies minuscules sont les plus belles épopées.

    On ne marche pas. On attend et on cherche un chemin. Des yeux. Allongés sur un tas de bambous qui pourrait ressembler à un lit. Du cœur. On attend, à la dérobée, le chemin introuvable faisant de nous des égarés. On s’est mis vraiment dans de beaux draps. On éclate de rire en brûlant le pétrole de notre petit réchaud tandis qu’un compagnon déballe son matériel de pigments et de papier, comme pour immortaliser la scène tout à fait imprévue. On palabre, on murmure. C’est presque de la colère qui nous tord le nez dans la poussière. On attend. Ça, c’est le point fort du voyage. Avoir sa réserve de patience dans le sang. Sinon, on peut rester chez soi et accomplir le tour de sa chambre. "

     

    Joël Vernet / Petit traité de la marche en saison des pluies / Edt  Fata Morgana … p. 12 à 13

    « 102 - une histoire104 - les prémices du printemps »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :